Pour rendre votre visite plus agréable et efficace Zoetis emploie des cookies. Vous pouvez lire plus sur l’utilisation de cookies dans la section Vie privée.

Belux

Cancer chez le chien et le chat

Le cancer est fréquent, on estime qu' 1/4 des chiens et 1/6 des chats aura une tumeur durant sa vie et 50% des chiens de plus de 10 ans mourront d'une affection liée au cancer. Comme chez l'homme, les tumeurs peuvent être traitées, entrainant très souvent une rémission de la maladie.

Tout agrandir
  • Grâce aux progrès de la médecine vétérinaire, aux vaccins et à l'amélioration des soins médicaux prodigués aux animaux de compagnie, les chiens et les chats vivent plus longtemps et ont tendance à développer des maladies liées à l'âge, parmi lesquelles le cancer.

    En outre, certains facteurs environnementaux comme une exposition importante au soleil ou l'inhalation de gaz d'échappement peuvent également augmenter le risque de cancer chez les animaux de compagnie. Les hormones interviennent dans l'apparition de certains cancers: par exemple, le fait de ne pas stériliser les chiennes et les chattes, ou de le faire à un âge avancé, augmente nettement le risque de développement de tumeurs mammaires. Enfin, il existe aussi des facteurs génétiques. Certaines races sont plus exposées à certaines formes de cancer: les tumeurs osseuses sont par exemple plus fréquentes chez les chiens de grande taille.

  • Il est difficile de donner une description exhaustive de tous les signes associés au cancer chez le chien et le chat. Ces signes peuvent inclure, sans toutefois s'y limiter, les éléments suivants:

    • Tuméfactions ou grosseurs anormales qui ne disparaissent pas et/ou augmentent de volume.
    • Lésions et plaies qui ne guérissent pas.
    • Perte d'appétit.
    • Mauvaise haleine.
    • Perte de poids inexpliquée.
    • Difficulté à manger ou avaler.
    • Boiterie ou raideur persistante.
    • Essoufflement ou baisse de l'endurance.
    • Difficulté à uriner ou à aller à la selle.
    • Saignements ou écoulements par un orifice corporel.

    Ces signes peuvent également être attribués à d'autres pathologies que le cancer: la boiterie peut par exemple être observée en cas de tumeur osseuse mais également d'arthrose chez le chien âgé. Ainsi, seul votre vétérinaire peut établir un diagnostic différentiel entre une maladie néoplasique (cancer) et une maladie bénigne.

  • Chez les animaux vieillissants, il est important de surveiller attentivement toute modification du comportement ou de l'appétit, ainsi que l'apparition éventuelle de l'un des signes précédemment décrits. Si votre animal présente des signes anormaux, comme des modifications du comportement et/ou de son état physique, il convient de consulter votre vétérinaire.

    Il sera en mesure d'analyser le problème, d'évaluer si les symptômes peuvent être attribués à un cancer et de diagnostiquer le type de cancer et le stade d'avancement (c-à-d. peu évolué ou avancé).

    Certains examens complémentaires, comme une prise de sang afin d'effectuer des tests spécifiques, une radiographie ou une échographie, peuvent être nécessaires. Il est généralement indiqué de réaliser une biopsie de la masse tumorale, c-à-d. de prélever un fragment de la tumeur afin qu'il soit analysé. Pour effectuer la biopsie, votre vétérinaire devra probablement tranquilliser ou anesthésier votre animal. Cet examen est indolore et il revêt une importance particulière car il permettra de confirmer ou non l'existence d'un cancer et d'en définir le type (grâce à une analyse histologique ultérieure). Il est également possible de prélever des cellules cancéreuses en aspirant la zone explorée à l'aide d'une seringue à aiguille fine (la sédation n'est pas obligatoire dans ce cas) afin de pouvoir les examiner au microscope (analyse cytologique). Cet examen peut permettre de déterminer le type de cancer. Contrairement à une croyance universelle, ces techniques ne favorisent en aucun cas la diffusion de la maladie.

    Lorsque la maladie est détectée à un stade précoce, votre vétérinaire peut également préconiser une intervention chirurgicale plutôt qu'une biopsie. Certains examens, comme le scanner, peuvent uniquement être réalisés dans des centres spécialisés et il est possible que votre vétérinaire vous oriente vers un confrère spécialiste en oncologie afin qu'il établisse le diagnostic et instaure le traitement adéquat.

    Comme pour toute maladie, il est important de consulter un vétérinaire le plus rapidement possible. En effet, les chances de guérison sont plus importantes lorsque le cancer est diagnostiqué tôt ; le diagnostic précoce constitue ainsi la partie la plus importante du traitement. Il est préférable d'éviter l'approche consistant à « attendre de voir ce qui se passe ». La plupart des tumeurs, surtout les tumeurs malignes, ne disparaissent pas et continuent à grossir au fur et à mesure que le temps passe.

  • Une tumeur est soit bénigne soit maligne. Grâce à l'évolution de l'imagerie médicale, des traitements médicaux et chirurgicaux anticancéreux ainsi que de la radiothérapie, un nombre croissant de tumeurs malignes peuvent être traitées chez les animaux de compagnie, notamment si le diagnostic a été établi précocement. Il est possible de guérir certaines tumeurs et d'en contrôler d'autres pendant une période assez longue afin de permettre à l'animal d'avoir une bonne qualité de vie et d'en profiter normalement. Malheureusement, dans certains cas, le stade de la tumeur est trop avancé pour que le traitement soit efficace et il peut alors être indiqué d'aborder la question des soins palliatifs ou de l'euthanasie avec le vétérinaire.

    Le choix du traitement sera basé sur le type et le stade du cancer ainsi que sur le traitement disponible. Des progrès d'une importance majeure ont été réalisés en matière de traitement du cancer chez les animaux de compagnie et la plupart des techniques développées chez l'homme peuvent également être utilisées chez l'animal. L'ablation chirurgicale de la masse tumorale reste l'élément principal du traitement de la plupart des tumeurs et peut être curative dans certains cas. Il peut être nécessaire de consulter un vétérinaire spécialisé en oncologie afin qu'il instaure un traitement adéquat.

    Les traitements médicamenteux anticancéreux, comme les chimiothérapies cytotoxiques ou les thérapies ciblées, permettent de traiter efficacement certains cancers chez les animaux de compagnie. Les animaux ont tendance à mieux supporter la chimiothérapie que les hommes et présentent moins d'effets secondaires « classiques » comme les nausées, les vomissements, les diarrhées, les infections ou encore la perte des poils. En médecine vétérinaire, les doses des chimiothérapies utilisées pour les animaux de compagnie ont été adaptées de manière à éviter, ou au moins minimiser, les effets secondaires. Certains effets secondaires peuvent néanmoins survenir chez les animaux, même si cela reste moins fréquent que chez l'homme, et il peut être nécessaire de diminuer la posologie et d'instaurer des soins de soutien (prescription de médicaments permettant de prévenir ou de traiter tout effet secondaire associé au traitement anticancéreux comme les nausées et les vomissements, par ex.). Voilà pourquoi il est très important que l'animal sous traitement anticancéreux fasse l'objet d'une étroite surveillance vétérinaire. Il est également essentiel de consulter régulièrement le vétérinaire ou de l'appeler en cas de problème.

    Certains médicaments (thérapie ciblée à administrer par voie orale à domicile) ont également été spécialement mis au point pour une utilisation chez le chien. Ils se sont avérés efficaces dans le traitement du cancer de la peau chez le chien. Il est indispensable que les chiens suivant ce type de traitement soient régulièrement suivis par le vétérinaire afin que la réponse au traitement puisse être évaluée et l'apparition éventuelle d'effets secondaires surveillée.

    La radiothérapie est également utilisée dans le traitement de certains cancers chez les animaux de compagnie. Les tumeurs de la bouche, du museau, de la peau et du cerveau sont sensibles à la radiothérapie. Ce traitement a également été associé à certains effets secondaires, généralement limités, et les séances ont lieu dans des centres spécialisés, sous la surveillance d'un vétérinaire.

    Quels que soient le type de tumeur et le traitement choisi, la qualité de vie est l'un des facteurs les plus importants pour un animal sous traitement anticancéreux. L'objectif de tous les traitements anticancéreux est la guérison ou la rémission de la maladie, tout en minimisant les effets secondaires. En cas d'effets graves, le vétérinaire adaptera le traitement en conséquence. Il est important que votre animal puisse profiter de la vie comme il l'a toujours fait.

  • Comme pour l'homme, il est difficile de prévenir les cancers chez les animaux de compagnie car ils dépendent souvent de plusieurs facteurs. Il a été démontré que certaines interventions permettaient de prévenir certains types de cancer (par ex. la stérilisation des chiennes avant les premières chaleurs permet de prévenir les tumeurs mammaires).

    Il est cependant important de souligner une nouvelle fois qu'une vie saine (alimentation saine, exercice, qualité de l'air, etc.) permettrait probablement de réduire le risque d'apparition de certains cancers chez nos animaux de compagnie.