Pour rendre votre visite plus agréable et efficace Zoetis emploie des cookies. Vous pouvez lire plus sur l’utilisation de cookies dans la section Vie privée.

Belux

Acariens chez le chien et le chat

Gale et maladies associées

Les acariens sont des organismes microscopiques, appartenant à la même famille que l’araignée, qui peuvent parasiter la peau des animaux de compagnie. Ils vivent sur ou dans la peau de l’animal, d’où leur nom d’ectoparasites cutanés. Les infestations par les acariens peuvent entraîner une irritation cutanée très importante chez l’animal infesté et être à l’origine de lésions et d’infections bactériennes secondaires liées au fait que l’animal se gratte. Ces lésions peuvent toucher une zone spécifique du corps de l’animal, comme les oreilles par exemple (infection localisée), ou l’ensemble du corps (infection généralisée).

Le diagnostic et le traitement peuvent se révéler difficiles et il est recommandé de consulter votre vétérinaire dès que vous observez les premiers signes. Certaines infestations par les acariens sont transmissibles à d’autres animaux de compagnie (elles sont contagieuses) et à l’homme (on parle alors de zoonose) qui peuvent alors présenter des symptômes. Il est important d’adopter des mesures d’hygiène adéquates dans les refuges pour animaux afin de prévenir ce type d’infestation. En outre, tout symptôme de maladie cutanée, surtout chez un animal venant d’être adopté, justifie une consultation vétérinaire.

Tout agrandir
  • Les acariens présents chez le chien et le chat sont des ectoparasites, ce qui signifie qu’ils vivent sur ou dans la première couche de la peau. Ce sont des organismes microscopiques appartenant à la même famille que l’araignée et mesurant rarement plus de 1mm. La plupart d’entre eux ont un corps rond et possèdent 8pattes (au stade adulte), à l’exception des acariens du genre Demodex qui sont de forme allongée et possèdent des pattes très courtes.

    Les quatre principaux acariens présents chez les animaux de compagnie sont Sarcoptes scabiei, Notoedres cati, Otodectes cynotis et Demodex spp. Ils peuvent tous entraîner un type de gale grave.

    Le tableau suivant présente les principaux types d’acariens d’importance vétérinaire:

    Acarien

    Maladie

    Principales espèces touchées

    Transmission à l’homme

    Demodex spp.

    Gale démodécique ou démodécie

    Chiens et chats

    NON

    Sarcoptes scabiei (var. canis)

    Gale sarcoptique

    Chiens

    OUI (gale)

    Notoedres cati

    Gale notoédrique

    Chats

    Possible mais très rare (dermatite passagère)

    Otodectes cynotis

    Gale otodectique ou gale des oreilles

    Chiens et chats

    NON

    Cheyletiella spp.

    Cheyletiellose

    Chiens et chats

    OUI (éruption transitoire accompagnée de démangeaisons au niveau de la taille et des poignets)

    Trombicula spp. (ou Neotrombicula autumnalis)

    Trombiculose ou dermatose due aux aoûtats

    Chiens et chats

    NON (mais une infection directe est possible)


    Les acariens parasitent généralement les chiens et les chats mais une transmission à l’homme reste possible, notamment avec deux espèces (consulter le tableau ci-dessus), même si la maladie ainsi contractée est habituellement moins grave que chez l’animal.

    D’autres types d’acariens (comme les acariens vivant dans les cavités nasales, par exemple) peuvent également entraîner des maladies.


    LES 4PRINCIPAUX TYPES DE GALE DUS À DES ACARIENS SONT LES SUIVANTS:

    La gale démodécique fait l’objet d’une fiche technique séparée.

    La gale sarcoptique est largement répandue dans toute l’Europe. Elle peut provoquer de graves lésions cutanées s’accompagnant de démangeaisons très importantes, et une dégradation considérable de l’état de santé de l’animal. Elle est extrêmement contagieuse et se transmet par contact direct avec un animal infecté (chien errant, renard, etc.) ou par contact indirect (corbeille de l’animal, accessoires de toilettage, etc.). En l’absence de traitement, elle peut être responsable de graves épidémies se propageant rapidement à l’ensemble d’un chenil ou d’un foyer, y compris au personnel du chenil et aux membres de la famille.

    Les infections cutanées observées chez l’homme (gale) suite à un contact direct avec un animal infecté sont généralement moins graves. Les infestations par S. scabiei chez le chat sont rares, mais certains cas ont tout de même été rapportés.

    La gale notoédrique est présente dans toute l’Europe. Dans les régions très touchées par cette maladie, il est possible d’observer de graves épidémies se propageant rapidement. La gale notoédrique se transmet par contact direct avec un animal infecté. Elle est généralement moins grave que la gale sarcoptique et entraîne des lésions cutanées localisées autour des oreilles et de la face. Cependant, en l’absence de traitement, la maladie peut s’aggraver et entraîner la mort de l’animal infecté. Il arrive que les chiens, les lapins, les hamsters et les chats sauvages soient touchés par cette maladie dont la transmission à l’homme reste exceptionnelle (dermatite passagère).

    La gale otodectique ou gale des oreilles est largement présente dans le monde entier. Le parasite responsable de cette maladie est l’acarien le plus courant chez le chien et le chat. L’infestation est très fréquente chez les chiots et les chatons, et touche plus communément le chat en règle générale. L’acarien, surtout présent dans le conduit auditif, produit une quantité importante de débris mélangés à du cérumen, et les infections bactériennes secondaires sont fréquentes. En général, la transmission du parasite aux autres animaux a lieu après un contact direct avec un animal déjà parasité, et les chiots ou les chatons sont contaminés par l’intermédiaire de leur mère infestée. La gale otodectique est assez courante dans les refuges et les élevages.

    ACARIENS MOINS FRÉQUENTS

    Les acariens du type Cheyletiella spp. sont moins fréquents mais tout de même très répandus dans toute l’Europe. Ces parasites affectent souvent les animaux dans les élevages ou les refuges; les jeunes animaux et les animaux plus faibles semblent davantage exposés. L’expression «pellicules qui marchent» («walking dandruff» en anglais) est parfois utilisée pour décrire ces parasites. Certains animaux supportent bien ces parasites et ne présentent que peu de symptômes; en revanche, il est possible qu’ils les transmettent à d’autres animaux chez lesquels ils seront responsables de démangeaisons très importantes. Ils peuvent être transmis à l’homme chez lequel ils entraîneront des papules, notamment autour de la taille et des bras.

    L’acarien Trombicula autumnalis (aoûtat) peut infester les chiens et les chats, et entraîner la trombiculose. L’infestation par cet acarien est fréquente dans de nombreuses régions d’Europe dont les bois et les champs possèdent un sol crayeux ou calcaire. Ce parasite a une couleur orange caractéristique et mesure environ 0,2 à 0,3mm. Il peut provoquer une irritation très importante chez les chiens et les chats qui jouent ou chassent dans les bois en automne. Il ressemble à une particule de pollen et peut se retrouver sur les parties en contact comme la tête, les oreilles, les membres, les pattes et le ventre. Cet acarien peut également affecter l’homme directement.
  • Les acariens peuvent entraîner une irritation cutanée considérable au moment où ils creusent des sillons dans la peau. Les démangeaisons (prurit) apparaissent en réponse à cette irritation cutanée. De nombreux symptômes sont identiques quel que soit l’acarien concerné : en effet, il est fréquent que le chien ou le chat infesté se gratte, se frotte, se lèche et se mordille, en fonction de son tempérament.

    L’irritation cutanée occasionnée peut être à l’origine d’autres lésions et d’infections bactériennes secondaires liées au fait que l’animal se gratte. Les infections bactériennes secondaires sont fréquentes et peuvent masquer les lésions d’origine, ce qui rend la maladie cutanée plus difficile à diagnostiquer.

    Le tableau ci-dessous décrit les symptômes significatifs spécifiques :


    Maladie

    Tableau clinique

    Gale sarcoptique

    • Démangeaisons très importantes, inflammation cutanée, papules, perte de poils, croûtes, lésions auto-induites, dégradation de l’état physique de l’animal et même mort (chez les chiots et les animaux mal nourris).
    • Débute souvent autour de la face et des pattes, avant de se généraliser rapidement, surtout si aucun traitement n’est initié.

    Gale notoédrique

    • Démangeaisons, inflammation cutanée, perte de poils, desquamation et croûtes sèches. Épaississement et plissement de la peau dans les cas graves. En l’absence de traitement, les chats gravement touchés peuvent mourir.
    • Débute généralement sur le bord des oreilles.

    Gale des oreilles ou gale otodectique

    • Démangeaisons à la base du pavillon de l’oreille. Odeur désagréable et/ou écoulement dans le conduit auditif. L’oreille peut être obstruée par un bouchon de cérumen brun, dur et friable.
    • La maladie peut toucher une oreille, ou les deux. Il arrive d’observer une irritation et une perte de poils autour des tempes et des yeux.
    • La gale des oreilles est la principale cause d’otite chez le chien et le chat.

    Infestation par les acariens de type Cheyletiella spp.

    • Production considérable de pellicules. Possibilité d’observer des « pellicules » (les acariens eux-mêmes) marchant dans le pelage, d’où le terme « pellicules qui marchent ».
    • La présence de lésions cutanées étendues est plus rare et de nombreux animaux ne présentent aucun symptôme.

    Infestation par les aoûtats

    • Irritation très importante au niveau des oreilles et/ou des espaces entre les doigts.
    • Uniquement présente en automne (infestation à caractère saisonnier)

  • Toute maladie cutanée, notamment lorsqu’elle est associée à des démangeaisons et des lésions cutanées, peut amener le vétérinaire à évoquer temporairement une éventuelle infestation par les acariens. Cependant, étant donné que les symptômes varient et peuvent évoquer de nombreuses autres maladies cutanées, il est important de poser le bon diagnostic.

    Gale sarcoptiqueLes démangeaisons provoquées par cette maladie sont si importantes qu’elles peuvent, d’une certaine manière, aider le vétérinaire à établir le diagnostic. En effet, très souvent, le fait de frotter le bord de l’oreille de l’animal déclenchera un réflexe de grattage chez celui-ci. Cette réaction est très significative et aidera le vétérinaire à poser le diagnostic, mais elle n’est pas propre à cette infection. D’autres facteurs, comme l’existence de symptômes de transmission à l’homme ou la présence d’autres animaux présentant des signes cutanés semblables au sein du foyer, peuvent également éveiller les soupçons du vétérinaire.

    Cependant, l’examen au microscope d’un échantillon de couche superficielle de la peau obtenu par raclage permet généralement de confirmer les soupçons du vétérinaire. Plusieurs raclages cutanés, faciles à réaliser et indolores pour l’animal, peuvent être nécessaires afin de pouvoir identifier l’acarien responsable.

    Gale notoédriqueÉtant donné qu’il n’existe que peu d’autres maladies dont les signes sont semblables à ceux de la gale notoédrique (à savoir démangeaisons très importantes et lésions autour des oreilles et de la face), cette maladie est facile à diagnostiquer chez le chat. Les raclages cutanés peuvent également aider le vétérinaire à poser le diagnostic car les acariens responsables de cette maladie sont aisément identifiables au microscope. La gale notoédrique ne doit pas être confondue avec une infestation par les aoûtats ou la gale sarcoptique qui peuvent parfois toucher les chats.

    Gale otodectiqueLa présence de cérumen brun dans le conduit auditif peut évoquer une gale des oreilles. Néanmoins, lorsque cela s’avère nécessaire, le vétérinaire peut recueillir un échantillon de cérumen puis l’examiner au microscope.

    Infestation par les acariens de type Cheyletiella spp.Ces acariens (parfois appelés « pellicules qui marchent ») sont visibles à l’œil nu. Ils peuvent être identifiés en examinant au microscope un échantillon de peau, recueilli en brossant le pelage de l’animal ou par raclage cutané.

    Infestation par les aoûtatsLes antécédents de l’animal (séjour à la campagne), la saison en cours et la présence de lésions suffisent généralement à poser le diagnostic. En outre, les acariens eux-mêmes sont visibles à l’œil nu.

    Remarque générale Le fait qu’une infection bactérienne secondaire vienne se surajouter à l’infestation peut rendre le diagnostic difficile. En effet, votre vétérinaire peut être amené à devoir diagnostiquer l’infection bactérienne et l’infestation parasitaire. Il adaptera le traitement à la maladie et aux symptômes de votre animal.

  • Le traitement d’une infestation par les acariens dépend du parasite final identifié.

    Il est essentiel de diagnostiquer et de traiter l’infestation précocement en raison de l’irritation très importante provoquée par les acariens, à l’origine d’une gêne pour l’animal infesté, et du risque d’infection cutanée bactérienne secondaire. Plus le délai de traitement sera long, plus l’animal aura besoin de temps pour guérir et plus le traitement deviendra difficile. Cela est particulièrement vrai si d’autres maladies secondaires, comme une infection bactérienne par exemple, apparaissent car elles devront également être traitées.

    Il existe différents traitements permettant de guérir efficacement les infections dues aux acariens. Les produits antiparasitaires sont généralement très efficaces pour traiter les animaux infectés. Cependant, le traitement de la gale peut nécessiter l’utilisation prolongée d’antiparasitaires, en fonction du type d’acarien impliqué (Demodex, par exemple). Les bilans de santé réalisés à la clinique incluent généralement un examen clinique complet et il est habituellement nécessaire d’effectuer plusieurs raclages cutanés pour évaluer la réponse au traitement et le stade de guérison de l’animal.

    Il peut également être recommandé d’utiliser des shampooings spéciaux et des lotions afin de ramollir et d’éliminer les croûtes. En cas d’infection bactérienne secondaire, un traitement antibiotique est souvent requis. Si les démangeaisons sont très importantes, votre vétérinaire peut prescrire à votre animal des médicaments permettant de les calmer.

    Remarques générales

    • Les acariens responsables de la gale étant extrêmement contagieux, tous les animaux en contact avec un animal infesté doivent également être traités.
    • Il peut être nécessaire d’adopter des mesures de contrôle environnemental (laver la corbeille de l’animal et passer l’aspirateur) afin de réduire le risque de nouvelle infestation.
    • Certains antiparasitaires spécifiques souvent administrés sous forme de spot-on, approuvés dans le cadre du traitement de la gale sarcoptique chez les animaux de compagnie, ont été utilisés avec succès dans le traitement de la gale notoédrique.
  • La prévention des infestations par les acariens est essentielle en raison du caractère répandu et extrêmement contagieux d’un grand nombre de ces maladies, ainsi que du risque de transmission à l’homme (zoonose).

    Certains facteurs de risque, parmi lesquels une mauvaise alimentation, les maladies à l’origine d’une immunosuppression, d’autres maladies et le fait que l’animal puisse sortir (contact avec des animaux ou des zones contaminés), ont été associés aux infestations par les acariens.

    Il est également essentiel de ne pas laisser votre animal entrer en contact direct avec des chiens ou des chats dont vous ne connaissez pas les antécédents. Cela concerne particulièrement les animaux provenant de refuges ou les animaux errants. Les aoûtats infestent l’animal lorsque celui-ci joue dans les bois et les champs en automne ; les zones à risque (sol crayeux/calcaire humide) doivent par conséquent être évitées en cette saison.

    L’examen régulier du pelage de votre animal vous permettra de repérer les premiers signes d’une infestation par les acariens (pellicules, irritation, petites croûtes) et ainsi, de prendre rendez-vous chez votre vétérinaire sans tarder.

  • La gale sarcoptique du chien et les cheylétielloses sont toutes deux transmissibles à l’homme. Les propriétaires d’animaux, et plus particulièrement les personnes à risque, doivent prendre les mesures préventives suivantes:

    • Si votre animal est infecté, traitez-le en suivant les recommandations de votre vétérinaire.
    • Minimisez l’exposition à des animaux potentiellement infestés ou des animaux errants.
    • Veillez à adopter des mesures d’hygiène personnelle adéquates: lavez-vous les mains et les poignets après avoir caressé un chien ou un chat errant, et après avoir touché un animal soupçonné d’avoir la gale.