Pour rendre votre visite plus agréable et efficace Zoetis emploie des cookies. Vous pouvez lire plus sur l’utilisation de cookies dans la section Vie privée.

Belux

Le Tétanos

Le tétanos est une maladie bactérienne fréquente souvent mortelle, due à la toxine produite par Clostridium tetani. La bactérie produit une grande quantité de spores qui sont communément présentes dans les sols et les selles où elles gardent leur pouvoir infectieux pendant plusieurs années. Les spores persistantes sont plus fréquentes dans les sols cultivés que dans les sols en friche. En outre, ces micro-organismes sont régulièrement isolés dans les selles de nombreux animaux domestiques, dont les chiens et les chats, mais également l’homme.Le tétanos survient lorsque les spores produites par la bactérie C. tetani viennent infecter une plaie. Ces spores germent, se multiplient et produisent une toxine très puissante qui affecte les muscles.

Tout agrandir
  • Le tétanos survient lorsque la bactérie C. tetani est présente dans les tissus altérés moins bien oxygénés. Les plaies punctiformes comme lors de la pénétration d’un éclat ou écharde de bois, suite à une morsure de chien, une coupure lors de la tonte ou suite à l’identification des agneaux ou la coupe de la queue constituent des zones idéales pour le développement des bactéries responsables du tétanos. Des cas de tétanos peuvent également apparaître après l’écornage, et même au niveau de plaies trop petites pour être remarquées.

  • La période d’incubation dure généralement de trois jours à trois semaines. Pendant cet intervalle de temps, le micro-organisme se multiplie et fabrique sa toxine mortelle. Cette dernière pénètre dans les nerfs autour de la plaie et chemine jusqu’à la moelle épinière et le cerveau où elle se fixe aux cellules nerveuses afin d’entraîner des spasmes musculaires exagérés et incontrôlables.
    Les signes de tétanos apparaissent une fois que l’infection est établie au niveau d’une plaie. Parmi les signes observés, citons la raideur musculaire, le manque de coordination, la démarche inhabituelle, les spasmes, le trismus (contraction prolongée et involontaire des muscles de la mâchoire) qui empêche l’animal de boire ou de manger, la procidence de la troisième paupière (membrane nictitante), les ballonnements et la réaction exagérée à un bruit soudain ou un contact physique. Tous ces signes ne sont pas obligatoirement présents. Généralement, l’animal tombe, les quatre pattes en extension et rigides, et la tête tendue vers l’arrière. Des convulsions peuvent apparaître et l’animal meurt généralement trois à quatre jours après le début de la maladie, suite à la paralysie des muscles respiratoires. Dans un élevage, de nombreux animaux peuvent être retrouvés morts sans qu’aucun signe de la maladie n’ait été observé auparavant.

  • La prise en charge implique le traitement local de la plaie et l’administration correcte de doses importantes d’anti-toxine tétanique et d’antibiotiques. Il s’agit d’une procédure complexe et le traitement prend généralement du temps, est onéreux et échoue souvent ; la prévention reste par conséquent la meilleure solution.

  • Le respect des mesures d’hygiène et la vaccination sont deux aspects essentiels de la prévention du tétanos. En raison de l’inefficacité de la plupart des désinfectants sur les spores tétaniques, il est indispensable de respecter des mesures d’hygiène strictes lors de toute pratique d’élevage ou intervention chirurgicale.

    Tous les instruments (pince pour la pose de boucles d’identification à l’oreille et pointeau, par exemple) doivent être soigneusement nettoyés avant et après utilisation, et doivent rester propres pendant l’intervention. Les ateliers doivent être mouillés afin d’être moins poussiéreux et il peut être utile de placer les animaux dans des enclos temporaires situés dans des zones herbeuses. Lors de l’identification, la castration ou la coupe de la queue, l’opérateur doit s’assurer que l’agneau se tient sur ses pattes et ne tombe pas à la fin de la procédure afin que la plaie ne soit pas contaminée par la saleté.

    En dépit des mesures prises, la contamination de la plaie est souvent un problème et la vaccination doit par conséquent également être utilisée pour prévenir le tétanos. La vaccination des brebis gestantes 30 jours avant l’agnelage permet de prévenir cette maladie. Si les brebis gestantes ne sont pas vaccinées contre le tétanos, il est possible d’administrer l’anti-toxine tétanique aux agneaux pendant la période de la coupe de la queue et/ou de la castration. Cette anti-toxine offre immédiatement une immunité à court terme et peut être administrée autour de la période de la coupe de la queue ou de la castration afin d’éviter une épidémie de tétanos.

    Le protocole vaccinal correct inclut deux doses administrées à quatre semaines d’intervalle au minimum. Un rappel annuel est ensuite recommandé. Cette procédure générale est nécessaire chez tous les animaux non vaccinés. Après la première dose, une certaine immunité temporaire apparaît au bout de 9 à 14 jours, avant de disparaître rapidement. Étant donné que la période d’incubation peut n’être que de trois jours, il est évident qu’une seule vaccination n’est pas suffisante pour prévenir la maladie. Les animaux doivent par conséquent posséder une immunité adéquate avant toute intervention, notamment avant l’identification, la castration et la coupe de la queue des animaux qui constituent les moments les plus favorables au développement de la maladie.