infection

Par voie respiratoire ou réactivation

La rhinopneumonie est une maladie virale contagieuse, qui se transmet par voie respiratoire. La transmission s’effectue par :

  • contact direct avec le jetage nasal d’un cheval infecté
  • contact indirect (homme, matériel, voie aérienne sur des courtes distances,…)
  • Lors d’un avortement : le fœtus, le placenta et l’écoulement vaginal. Des bonnes mesures d’hygiène seront donc très importantes.
Comme expliqué précédemment, presque tous les chevaux sont des porteurs à vie. Ils peuvent réactiver de nouveau le virus herpès équin ‘dormant’, ré-excréter le virus et devenir une source d’infection pour les autres chevaux. Ceci permet à la maladie associée à l'EHV de se produire même dans un groupe fermé de chevaux sans exposition préalable à une source externe d'infection.

EHV-1 : UN SEUL VIRUS AVEC 3 SYMPTÔMES

Il est important de se rappeler qu’un seul et même virus, le virus EHV-1, peut provoquer des troubles respiratoires, des avortements et des troubles nerveux. Le virus excrété par un jeune cheval avec des troubles respiratoires, peut par exemple provoquer un avortement chez une jument gestante, mais il est aussi possible que le virus excrété par une jument lors d’un avortement soit à l’origine de symptômes nerveux chez un autre cheval dans l’écurie. Séparer les jeunes chevaux et les chevaux de compétition des juments gestantes, sera donc une des mesures pour éviter la dissémination de rhinopneumonie.

Découvrir la cause

L’intervalle entre l’infection (ou la réactivation) et l’apparition des symptômes est en plus extrêmement variable, de quelques jours à quelques semaines, voire mêmes des mois !

Dans les troubles respiratoires, l’infection a souvent eu lieu 2 à 10 jours avant l’apparition des premiers symptômes. Par contre, lors d’avortement, l’infection peut avoir eu lieu une semaine jusqu’à plusieurs mois avant l’avortement. Par exemple, une jument contaminée en hiver par contact avec un poulain atteint de forme respiratoire peut avorter au printemps, soit 2 mois plus tard ; une jument pleine dans un haras, infectée par l’avortement de sa voisine, peut avorter quelques jours plus tard. En plus une réactivation de virus dormant peut en être aussi l’origine. Ceci est important à se rappeler si on veut essayer de connaitre l’origine d’une infection.

En savoir plus

DIAGNOSTIC

Une confirmation rapide de rhinopneumonie est très importante dans la gestion des foyers d’épidémie. Votre vétérinaire peut prendre un écouvillon nasal/pharyngé et un prélèvement de sang. Lors d’un avortement, le fœtus, le placenta et un écouvillon vaginal de la jument peuvent être analysé.

Il est conseillé de tester les chevaux, qui ont été potentiellement en contact avec le cheval malade. Surveiller régulièrement la température corporelle des chevaux à risque est aussi conseillé car la fièvre est le signal d’appel.