Protéger mon cheval

Gestion de l’écurie

Une des clés pour le contrôle de cette maladie est une bonne gestion de l’écurie. En temps normal, les mesures suivantes aideront à prévenir la propagation du virus :

  • limiter le stress
  • diviser les chevaux en petits groupes
  • isoler les nouveaux chevaux à leur arrivée
  • séparer les chevaux d'entraînement ou de compétition. Ils sont susceptibles de s’infecter à l’extérieur (ils circulent beaucoup et sont soumis au stress du débourrage et de l'entraînement) et peuvent transmettre le virus aux poulinières avec risque d'avortement.
DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE VÉTÉRINAIRE !

VACCINATION

La vaccination joue également un rôle essentiel. En vaccinant vos chevaux régulièrement, ils conserveront une bonne immunité contre le virus. En effet, cette bonne immunité va non seulement améliorer la protection des chevaux eux-mêmes contre la maladie, mais va également réduire l’excrétion du virus et donc sa dissémination vers les autres chevaux. La vaccination ne peut pas garantir une protection de 100%, donc elle doit être combinée avec une bonne gestion de l’écurie pour éviter des taux d’infection très élevés. Vacciner toute l’écurie induit une immunité de groupe avec un contrôle meilleur de la rhinopneumonie comme conséquence.

VACCINER, C’EST PROTÉGER VOTRE CHEVAL AINSI QUE LES AUTRES CHEVAUX !

QUESTIONS

Mon cheval doit-il être vacciné ?

Il n’y a pas d’obligation légale à vacciner contre la rhinopneumonie. Mais étant donné la nature de la maladie, certaines écuries ou organisateurs de concours exigent la vaccination des chevaux. De façon générale, il est fortement conseillé de vacciner régulièrement les chevaux pour diminuer le nombre et l’étendue des épidémies.

Les chevaux peuvent-ils être vaccinés lors d’une épidémie ?

Les chevaux peuvent être vaccinés en cas d’épidémie dans le voisinage. La vaccination augmente l’immunité et diminue l’excrétion virale. Ceci permettra de contenir la dissémination du virus. Etant donné qu’on utilise des vaccins tués, il est impossible qu’un cheval développe une rhinopneumonie du fait de la vaccination. La vaccination de chevaux malades n’est d’aucune utilité.

La vaccination protège-t-elle contre les troubles nerveux ?

Les recherches sur l’efficacité de la vaccination contre les troubles nerveux sont rendues difficiles par le fait que les infections avec le virus EHV-1 n’entrainent pas systématiquement ces symptômes. Mais les épidémies de troubles nerveux sont généralement corrélées à l’absence d’anticorps. Des enquêtes épidémiologiques démontrent qu’il y a nettement moins de problèmes cliniques dans des exploitations ayant une politique de vaccination.

Plan en 5 étapes lors d’une épidémie 3

1

Contacter votre vétérinaire et diagnostic précoce

2

Prévention de la propagation du virus:
• Nettoyer et désinfecter l'environnement, le box, les matériaux
• Mesures d'hygiène
• Isoler les chevaux atteints

3

Gérer les chevaux malades: traitement de soutien. Il n'y a pas de traitement spécifique pour la rhino.

4

Fermeture de l’écurie (pas de transport de chevaux dans et hors de l’écurie) jusqu'à environ 4 semaines après que le dernier cheval soit tombé malade. Même les chevaux non-malades peuvent excréter le virus !

5

Vaccination des chevaux ayant un plus grand risque d’exposition à l’infection. Chez des chevaux déjà précédemment vaccinés, une vaccination de rappel peut mener à une réponse rapide, qui peut contribuer à une diminution de la propagation du virus infectieux.

Downloads

En savoir plus sur l'EHV et le contrôle d'une épidémie :

Voir la page Rhinopneumonie de l’IFCE
Télécharger le document EHV-1 du RESPE