Pour rendre votre visite plus agréable et efficace Zoetis emploie des cookies. Vous pouvez lire plus sur l’utilisation de cookies dans la section Vie privée.

Belux

La kératoconjonctivite infectieuse bovine (KCIB)

La kératoconjonctivite infectieuse bovine est une affection oculaire courante et très contagieuse qui affecte essentiellement les veaux et qui peut conduire à une perte de la vision dans les cas extrêmes. Elle est principalement causée par la bactérie Moraxella bovis.
La période d'incubation est généralement de 2 à 3 jours, une petite zone opaque apparaissant sur la cornée dans les 2 jours.

Tout agrandir
  • Moraxella bovis est probablement la bactérie responsable de la KCIB la plus couramment isolée.

    • D'autres bactéries Gram négatif apparentées à Moraxella bovis (M. ovis, autrefois appelée Branhamella ovis, et M. bovoculi) ont été isolées à partir de cas cliniques de KCIB.

    Certains facteurs physiques ainsi que les agents ou éléments irritants pour l'œil, tels que les mouches, la poussière, le vent, la lumière du soleil et la paille, peuvent également prédisposer les bovins à la KCIB. Les mouches sont considérées comme des vecteurs de transmission courants des micro-organismes responsables de la KCIB. Il est fréquent d'observer des épidémies pendant la pleine saison de ces insectes.

  • Les signes cliniques de la KCIB varient d'une légère irritation de l'œil à une grave inflammation nécrosante qui aboutit à une fibrose cicatricielle permanente et à la perte de la vision. Généralement, la fièvre et la douleur intense entraînent une perte d'appétit.
    Il existe des souches non pathogènes de Moraxella bovis: en effet, les souches présentant une moindre production de cytotoxines ou n'ayant qu'un nombre limité de pili provoquent des symptômes moins graves.

  • Les signes cliniques (caractéristiques cliniques de l'inflammation et opacité partielle de la cornée) et les données épidémiologiques peuvent permettre de poser le diagnostic, mais des examens complémentaires (analyses bactériologiques) sont souvent nécessaires.

  • Les animaux atteints de KCIB doivent recevoir un traitement dès que possible pour limiter la transmission de la maladie aux autres animaux et minimiser l'apparition de lésions aux effets indésirables, et éventuellement permanents, au niveau de l'œil.

    • Les deux bactéries Moraxella bovis et Moraxella ovis (anciennement connue sous le nom de Branhamella ovis) sont sensibles à plusieurs antibiotiques.
    • Traitement local par pommade.
  • Les mesures préventives comprennent les méthodes de lutte contre les mouches grâce à des boucles auriculaires imprégnées d'insectifuges, le fauchage des champs où les animaux vont en pâture, la limitation de la quantité de poussière dans le foin et les mangeoires, la présence de zones ombragées et, de manière moins directe, la vaccination contre les maladies virales telles que l'IBR et la diarrhée virale bovine (BVD).

  • Bien que la KCIB ne soit pas mortelle, elle a des conséquences économiques importantes dues à la diminution de la prise de poids des animaux, à la baisse de la production de lait, aux coûts supplémentaires liés au traitement et au temps additionnel passé avec les animaux affectés et à la dévaluation des animaux ou des carcasses atteintes.