Pour rendre votre visite plus agréable et efficace Zoetis emploie des cookies. Vous pouvez lire plus sur l’utilisation de cookies dans la section Vie privée.

Belux

Grippe équine 

Les pathologies respiratoires revêtent une importance particulière chez les chevaux car elles ont un impact direct et souvent considérable sur leurs performances. La grippe équine est endémique dans toutes les populations équines et des foyers de grippe se rencontrent dans le monde entier (à l'exception de la Nouvelle-Zélande et de l'Islande), constituant une source majeure d'interruption des activités équestres. Ces activités, qui regroupent un grand nombre de chevaux, favorisent la propagation du virus de la grippe qui se transmet par voie respiratoire. Cette maladie est très contagieuse et les particules virales peuvent se transmettre par contact direct entre deux chevaux, ou par la contamination du matériel et des vêtements.

Le virus de la grippe équine est classé comme un virus de type «influenza A» possédant deux sous-types distincts: le sous-type équin-1 (H7N7) et le sous-type équin-2 (H3N8). L'infection virale entraîne une inflammation de l'appareil respiratoire et des symptômes grippaux commencent à apparaître après une période d'incubation d'environ 1 à 5 jours. L'ensemble des manifestations cliniques de la maladie peut être très invalidant pour le cheval et dure une dizaine de jours, même si une toux peut persister plus longtemps. À l'instar de l'homme, les chevaux qui ont eu la grippe ne sont pas immunisés contre les virus de la grippe pouvant apparaître ultérieurement.

La vaccination est une arme essentielle contre la maladie et l'un des principaux aspects de la stratégie de protection contre les épidémies de grippe.

Tout agrandir
    • Fièvre élevée (39,4° - 41,1°C).
    • Léthargie.
    • Mauvaises performances.
    • Manque d'appétit.
    • Toux importante, sèche et caverneuse.
    • Respiration rapide.
    • Hypertrophie ganglionnaire sous mandibulaire.
    • Œdème des membres.
    • Jetage nasal clair à jaune-vert.
    • Écoulement oculaire.
  • Les symptômes de la grippe équine peuvent également être observés dans d'autres maladies respiratoires comme la gourme, les infections liées à l'herpèsvirus équin de types 1 et 4, les infections à streptocoques et les pneumonies bactériennes. Cependant, après avoir éliminé les causes plus graves de maladie respiratoire, le diagnostic de grippe équine chez les chevaux non vaccinés repose généralement sur les antécédents de l'animal et la présence d'une toux sèche, symptôme clinique caractéristique de la maladie. Étant donné que les chevaux vaccinés peuvent ne présenter que de légers symptômes grippaux et n'excréter qu'une quantité très faible de virus, un prélèvement nasal est nécessaire chez ces animaux afin d'isoler le virus et d'établir un diagnostic exact.

  • Les chevaux malades doivent être isolés.Le traitement repose essentiellement sur la mise au repos de l'animal dans un box exempt de poussière et bien ventilé. Il est parfois nécessaire de donner une nourriture plus appétente (nourriture tendre ou foin mouillé de bonne qualité, par exemple) afin que l'animal mange mieux. Des anti-inflammatoires peuvent être utilisés afin de faire baisser la fièvre et en cas d'infection bactérienne secondaire, comme une pneumonie par exemple, des antibiotiques peuvent également être administrés. L'animal ne doit pas faire d'exercice soutenu pendant les 2 semaines suivant la disparition des symptômes grippaux.

  • La vaccination est un outil essentiel pour prévenir et réduire les symptômes de la grippe équine. Une première injection est administrée au cheval, suivie d'un rappel annuel. Cependant, certains autres facteurs susceptibles d'augmenter le risque d'exposition, comme les compétitions internationales par exemple, peuvent nécessiter une vaccination semestrielle plutôt qu'annuelle. Les mesures d'hygiène comme la stérilisation des véhicules de transport, des seaux et du matériel, doivent être régulièrement appliquées. Les personnes en contact avec les chevaux doivent se laver les mains fréquemment. Les chevaux présentant des symptômes grippaux doivent être immédiatement isolés afin de réduire le risque de propagation de la grippe au reste du groupe.

  • Les vaccins actuellement disponibles sur le marché offrent-ils une protection contre les nouvelles souches ou les souches divergentes de grippe équine ?
    L'OIE/OMS émet des recommandations formelles lorsque les souches vaccinales doivent être mises à jour en raison de nouvelles souches ou de souches divergentes de grippe équine. En outre, il a été mis en évidence que de nombreux vaccins actuellement disponibles sur le marché offraient une protection croisée avec les vaccins existants contre de récentes souches grippales responsables d'épidémies de grippe.